Au printemps, les vignerons n’ont qu’un mot à la bouche : le gel. De plus en plus fréquent avec le dérèglement climatique, il est connu pour faire des ravages dans les vignobles et mettre en péril leur récolte. Les gelées noires, dévastatrices pour les bourgeons, de la semaine dernière ont largement touché les vignobles de la France entière.

Quel est l’effet d’un gel tardif ?

Le temps propice au gel correspond à un climat bien refroidi la nuit, avec des températures négatives. Les gelées de printemps peuvent aller jusqu’à -9 degrés.

Deux types de gel

Il existe deux types de gel. Le gel advectif qui est une masse polaire qui traverse la région, elle est uniforme sur une hauteur importante. Et, le gel radiatif, un air froid, plus lourd, qui s’accumule dans les fonds de vallées, il y a une inversion de température et une possibilité de brasser l’air pour faire redescendre de l’air plus chaud au niveau des vignes.

2021, année de la gelée noire

Cette année, nous avons fait face à une gelée noire. Il s’agit du passage d’une masse d’air polaire sur une hauteur importante rendant le brassage d’air inefficace. De plus, la présence de vent limite le réchauffement possible. La vigne devient sensible dès l’apparition des jeunes feuilles qui sont riches en eau. Les bourgeons tout juste sortis peuvent être brûlés par le froid à partir de -2 degrés. Ils vont devenir marrons et entrainer la mort de plusieurs parties de la plante.

Quelles sont les solutions principales des vignerons pour protéger leurs vignes ?

Pour parer le gel tardif et ses conséquences, les vignerons ont mis au point quelques techniques pour réchauffer leurs vignes et sauver leur récolte.

Les bougies

Lorsqu’une gelée noire est prévue dans les nuits à venir, le vigneron décide alors d’installer des bougies dans ses rangs de vignes. On dispose dans le vignoble des bougies constituées de paraffine qui ont une durée de vie d’environ 8 heures, tout ça dans des boîtes métalliques. Les bougies vont réchauffer l’air ambiant autour des vignes et empêcher la baisse de température. Cette technique permet d’augmenter la température d’environ 2,5 degrés afin que les feuilles ne gèlent pas. Cependant, l’approvisionnement est compliqué car quand il y a des prévisions de gel, beaucoup de vignerons achètent des bougies et les stocks sont limités. L’allumage manuel se fait souvent en pleine nuit. Malheureusement, au-delà de -4 degrés, les bougies ne protègent plus les vignes. Celles-ci offrent un magnifique spectacle nocturne mais elles ne sont pas respectueuses pour l’environnement.

L’aspersion du cep

Cette méthode peut surprendre, mais reste très efficace en période de grand froid.

Pour lutter contre le gel printanier, les vignerons peuvent également « refroidir » les ceps.

Cette méthode consiste à asperger les ceps d’eau ainsi, les bourgeons sont pris dans une poche de glace sans que l’eau qu’ils contiennent ne gèle. Le bourgeon est protégé grâce à un type d’igloo. Il faut arroser les parcelles jusqu’à ce que la température redevienne positive. La température du bourgeon est à 0 degré alors que la température extérieure continue à descendre. C’est la technique la plus efficace et la plus respectueuse de l’environnement car elle ne pollue pas.

Un survol de vigne : l’hélicoptère et l’éolienne

Certains domaines vont encore plus loin pour protéger leur vigne du gel printanier et utilisent une technique insolite. L’hélicoptère volant à basse altitude brasse et réchauffe l’air au-dessus du vignoble. Le fait de brasser l’air grâce aux pales permet de rabattre l’air plus chaud directement au sol et de réchauffer les ceps instantanément. La méthode permet de réduire l’humidité au sol, qui frappe la vigne lors de l’épisode de gel printanier. Cette opération est dangereuse et assez couteuse mais cette méthode pourrait protéger efficacement un vignoble.

D’autres techniques ont été inventées comme les brasseurs d’air, de petites éoliennes de 11 mètres de haut, alimentées par un petit moteur, qui, par brassage, font que l’air un peu plus chaud situé à 11 mètres de haut vienne « réchauffer » les ceps de vigne.

La plupart des techniques de lutte active représentent un investissement financier et une main d’œuvre assez lourde pour un résultat qui n’est pas toujours optimal et pouvant être très variable en fonction du type de gel et des températures atteintes. Chacune de ces techniques ne permettent pas de se protéger à 100% des dégâts du gel.

Globalement, les vignerons auront autant de travail dans les vignes pour moins de récoltes. Il faudra attendre la fleur pour faire une évaluation précise des dégâts. En effet, tant que la vigne n’a pas poussé, les vignerons restent dans le flou. Aujourd’hui, il est impossible d’évaluer le pourcentage de dégâts. Les conséquences économiques pour le secteur viticole pourront réellement se chiffrer dans les semaines et les mois à venir.

Les conséquences

Cette vague de froid et de gel a touché en 2021 quasiment tous les vignobles français, tant en Bourgogne, dans le Bordelais, le Mâconnais, en Languedoc-Roussillon, Vallée du Rhône, la Loire… L’Alsace et la Provence semblent avoir été épargnée. Une vague qui peut rappeler celle de 2016. Selon la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles), un tiers de la production française serait perdue et entraînerait un manque à gagner d’au moins 2 milliards d’euros. Face à cette situation, le gouvernement a annoncé une aide d’un millard pour aider les agriculteurs et les viticulteurs.

 

De meilleurs vins blancs élevés sous bois

Les millésimes de gel permettent généralement sur les blancs élevés sous chêne, un gain de qualité dû à la baisse du parc de barriques. En effet, les vignerons utilisent en priorité les barriques les plus qualitatives. Manuel Peyrondet, Meilleur Sommelier de France 2008 et co-fondateur de Chais d’œuvre, vous explique tout dans une vidéo « Millésimes solaires, millésimes de gel, comment faire de bonnes affaires ?« .

Pour plus de conseils et décryptages, rejoignez le Club Chais d’œuvre

 

Abonnez-vous à la newsletter

Chaque semaine, recevez l'actualité du vin et du club Chais d'oeuvre !
Laissez-nous votre email.

S’abonner à la newsletter

abonnement à la newsletter chais d'oeuvre
Inscrivez-vous gratuitement
Chaque semaine, recevez les actualités de Chais d'œuvre et du monde du vin. Pour découvrir le Club, rendez-vous sur www.chaisdoeuvre.fr Devenez membre, l'accès est offert ! Bénéficiez ainsi de tous les avantages.