Mardi 26 avril 2022, Manuel, notre sommelier, Louise notre responsable relation client et Théo, notre stagiaire en CRM et achats se sont tous les trois rendus en Bourgogne pour explorer quelques domaines de cette belle région. Voici le déroulé de leur journée, leurs avis et commentaires.

Louise vous raconte :

6h00 : TGV Paris – Le Creusot

Après 1h30 de train, nous arrivons à la gare du Creusot puis empruntons la route du canal en observant le lever de la brume qui laisse place aux premiers rayons de soleil. Sur le trajet pour aller jusqu’à Meursault, nous avons remarqué de nombreuses éoliennes chauffantes dans les parcelles afin de lutter le gel.

domaine sauzet9h : Domaine Sauzet Puligny-Montrachet

Arrivés au Domaine Sauzet, nous sommes accueillis par Benoit Riffault, propriétaire du domaine avec Émilie Boudot. Le domaine a vu le jour pendant la première moitié du XXème siècle. Il est actuellement en travaux afin de construire une extension avec un espace de stockage et un caveau de dégustation face au coteau.

Lors de notre échange, Benoit nous confie qu’ils utilisent des éoliennes comme technique pour contrer le gel, celles-ci permettent d’amener 1,5 °C de plus. il dit aussi que face au gel, il n’y a pas de solution miracle et la taille tardive peut être une solution à envisager.

Nous avons pu déguster les 2021 sur fûts en cave où l’on retrouve une tension assez marquée dans toutes les cuvées mais qui promettent un bel avenir.

Puis nous sommes passés dans la salle de dégustation pour les 2020 :

Hautes côtes de Beaune 2020 – Nez très frais, avec une attaque plutôt souple puis par la suite une belle ampleur. Cette parcelle de 4,8 ha rassemble 1/3 des pieds de vignes âgés de 50 ans, 1/3 de 20 ans et 1/3 qui se situent entre 4 et 6 ans.

Puligny-Montrachet Village 2020 – Coup de cœur, nez un peu plus grillé, attaque en bouche sur l’amande. Une belle concentration. 14° en alcool mais reste frais.

Puligny-Montrachet 1er Cru « La Garenne » 2020 – Beaucoup plus citronné, acidulé.

Puligny-Montrachet 1er Cru « les Perrières » 2020 – Très concentré, assez rond, belle longueur en bouche.

Puligny-Montrachet 1er Cru « Champs Canets » 2020 – Enveloppant, crémeux, onctueux. Expression du chardonnay mûr et intense. En bouche un côté légèrement épicé (anis étoilé très très léger).

Puligny-Montrachet 1er Cru « les Combettes » 2020 – Beaucoup plus intense, fruit mûr. Côté plus nerveux, salinité en fin de bouche très agréable.

Bienvenues-Batard-Montrachet Grand Cru 2020 – Le top de la dégustation. Vieilli en vieux fûts. Très subtile, fin et concentré. Une vraie trame cohérente, une structure de bouche très longiligne et fine. Un délice !

« C’est la classe absolue » Benoit Riffault

Après dégustation de tous ces très bons vins, Benoit nous a réservé deux belles surprises en nous faisant déguster dans un premier temps une cuvée très confidentielle, basée Grand Cru, mise dans 4 dames jeannes en verre pendant 18 Mois sur lies fines. Aucun S02 à la mise. On y découvre une bouche puissante mais un peu déconstruite. Un vin surprenant.

Dans un second temps, nous avons découvert un Saint-Aubin 2019 très gourmand, nez maras des bois. 100 % vendange entière, macération courte à froid l’idée de cette cuvée est de faire un canon de rouge. Une cuvée où l’étiquette du domaine n’apparaîtrait pas mais une étiquette marquée « Émilie et Benoit ».

domaine matrot10h30 Domaine Matrot – Meursault

Domaine familial depuis 1835, le domaine Matrot est situé sur la côte de Beaune à Meursault. Adèle, Elsa et leurs parents Pascale et Thierry travaillent ensemble, demeurant les garants de la qualité de la culture des vignes, de la vinification, de l’élevage des vins et de leur commercialisation.

Les sœurs ont repris le domaine en 2016 et y ont fait quelques modifications, telles que :

  • 3 à 6 mois de cuve
  • Élevages plus longs
  • Rajeunissement du parc de fûts
  • Nettoyage fûts tous les deux mois aux UV et à la vapeur

Accueillis par une des sœurs, Adèle. Nous avons dégusté en compagnie d’un jeune issu de la restauration qui réalise un tour de France des vignobles en camion aménagé dans le but d’ouvrir un bar à vins en Bretagne dans 1 an et demi

Dans ce domaine nous avons goûté les 2020.

Bourgogne chardonnay 2020 – Mis en bouteille été 2021, ce vin dévoile une belle acidité. 20 % de fût neuf : permet de goûter après fermentation malolactique et de choisir quel fût accueillera tel ou tel vin l’année d’après.

Meursault 2020 – 5 ha, 12 parcelles disséminées entre bas coteau et haut coteau. Elles sont toutes assemblées au départ. L’idée c’est de rehausser le village avec les meilleurs terroirs pour faire une cuvée homogène. Ce blend de parcelles offre un côté rond, marqué par millésime chaud (vendange le 17 août : + tôt de toute l’histoire du domaine). Mise en bouteille janvier 2022

Meursault-Blagny 1er Cru 2020 – Plus de corps et de souplesse laissant découvrir un joli fruit.

Meursault-Charmes 1er Cru 2020 – À l’opposé, cette cuvée plus grasse laisse exprimer une bouche beaucoup plus ample. On y retrouve des notes de fruits mûrs avec une belle longueur et allonge.

Puligny-Montrachet Les Chalumeaux 1er Cru 2020 – Au-dessus des Champs Canet à la limite de Meursault et Puligny-Montrachet. Ici nous retrouvons un vin gourmand avec une identité propre du terroir. Il offre également plus de maturité grâce aux effets du soleil et de la réverbération des cailloux sur le raisin.

Bourgogne pinot noir 2020 – Ces vignes implantées dans le bas de Puligny, achetées en 2014, mélangées aux vignes situées dans le bas de Meursault plantées il y a 8 ans donne naissance à un vin fruité, un peu astringeant.

Monthélie 2020 – Une cuvée aux tanins fins, mériterait un peu plus de corps. Les vignes vieilles de 50 ans, implantées en Haut de Monthélie profitant d’une belle exposition donne naissance à de petits raisins.

Meursault rouge 2020 – Très bourguignon dans le style. Ce Meursault offre un nez d’eau de vie de cerise avec un côté velouté de fruits bien mûrs.

Blagny La Pièce sous le bois 1er Cru 2020 – Notre coup de cœur ! Un côté plus fûmé et toasté. Une bouche de fleurs séchées apparaît avec délicatesse.

« Terroir un peu magique » selon Adèle

12h30 : Beaune

Après ce long stop, nous prenons la route direction Beaune pour déjeuner aux restaurant les caves MadeleineLe repas était vraiment très bon et le lieu super sympa. Nous avons passés une agréable moment.

Une fois le déjeuner terminé, nous reprenons la route direction le Domaine J&F Mugnier à Chambolle-Musigny. Étant donné que nous avions un peu d’avance, nous en avons profité pour faire une mini sieste avant d’aller déguster.

mugnier15h : J&F Mugnier

Nous sommes accueillis par François qui nous fait tout d’abord déguster tous les 2020, encore en cuve.

Le Chambolle-Musigny Villages, le Chambolle-Musigny « les Fuées », le Chambolle-Musigny « les Amoureuses », les Bonnes Mares Grand Cru , le Musigny Grand Cru et le Nuit-Saint-Georges 1er Cru Clos de la Maréchale. Notre coup de cœur, c’est le Chambolle-Musigny « Les Amoureuses » !

Le Musigny Grand Cru est bien sûr exceptionnel et le Clos de la maréchale très intense et juteux.

Les vignes du clos ont toujours appartenu à la famille Mugnier mais étaient exploitées par le domaine Faiveley jusqu’en 2003. François nous confie que le virage dans les vins s’est observé à partir du millésime 2010.

Ensuite, nous sommes descendus dans la cave et avons eu l’honneur de goûter les 2019. La discussion a beaucoup tourné autour de la récolte catastrophique des 2021 et de la pénurie de Bourgogne et la folie des prix.

Pour le millésime 2019, nous avons dégustés :

Nuit-Saint-Georges 1er Cru Clos de la Maréchale – Ce vin puissant offre une dimension large, très ample.

Chambolle-Musigny Villages – Côté suave, velouté, délicat.

Musigny Grand Cru – Très grand vin.

Et apothéose, nous avons pu goûter le Musigny Grand Cru 2015 qui sera commercialisé seulement l’année prochaine. Le domaine décale la sortie de ce grand cru magique pour qu’il ne soit pas bu trop tôt par les consommateurs.

Nous terminons, comme de coutume, la dégustation par un blanc : Nuits-Saint-Georges Clos de la Maréchale 2020 : Dimension très fruitée, presque exotique qui peut s’expliquer par le millésime.

Anecdote : Frédéric Mugnier n’aime pas les vins blancs mais a tout de même décidé d’en faire dans le clos parce qu’il mange beaucoup de poisson et il n’avait aucun vin de chez lui pour accompagner ses repas…

Finalement, nous quittons Chambolle-Musigny après un moment de dégustation carrément magique et inoubliable. Nous vous recommandons vivement ce domaine si vous êtes dans les alentours !

17h00 : Domaine du Couvent

Direction le Domaine du Couvent à Nuits-Saint-Georges dans un de leurs chais. Installé dans l’ancien couvent de Gevrey-Chambertin, Philippe Chéron conduit une propriété familiale depuis plusieurs générations. Le domaine exploite une dizaine d’hectares exclusivement sur la Côte de Nuits. Depuis Marsannay la Côte jusqu’à Nuits-Saint-Georges en passant par les prestigieux Clos Vougeot, Chambolle-Musigny et Vosne-Romanée. Plus de 70% des vignes ont plus de 50 ans et les rendements sont volontairement bas par la taille, pour des vins plus intense avec plus de matière.

Lors de cette dernière étape, Philippe nous a fait dégusté leurs cuvées 2020 :

  • Clos de Vougeot Grand Cru « Aux Origines »
  • Charmes Chambertin « Aux Mazoyeres »
  • Gevrey-Chambertin 1er Cru « La Romanée » monopole
  • Gevrey-Chambertin 1er Cru « Champonnet »
  • Nuits-Saint-Georges 1er Cru « Aux Murgers »
  • Gevrey-Chambertin « Les Seuvrées »
  • Gevrey-Chambertin « Clos du Couvent Monopole »
  • Gevrey-Chambertin « Clos de l’Orme »
  • Gevrey-Chambertin « Clos du Meix des Ouches Monopole ».

Pour finir nous avons goûté le Gevrey-Chambertin 1er Cru en monopole « Clos des Varoilles » 2017 – Domaine de Varoilles. Exceptionnel !

19h00 : Chez Manuel au Creusot

Pour finir cette journée en beauté, nous sommes allés acheter du fromage et de la charcuterie à Beaune puis nous nous sommes rendus chez la mère de Manuel au Creusot pour prendre un apéritif et déguster quelques belles bouteilles de la cave personnelle de Manuel.

21H30 : Creusot – Paris

Nous avons repris le TGV direction Paris Gare de Lyon.

Arrivés 00h00 chez nous, ce fut une longue, très longue mais magnifique journée avec par chance un temps sublime tout au long de cette virée en Bourgogne.

L’avis de Théo sur sa journée en Bourgogne :

Mon domaine préféré : Domaine Mugnier, une bâtisse exceptionnelle dans le village de Chambolle-Musigny, reculé de la route nationale par rapports aux autres villages de la côte donne un côté intime au cru.
L’accueil est sincère et authentique. Pas besoin d’introduction pour un domaine avec une aussi grande réputation. Les attentes étaient grandes mais les vins encore plus, après avoir gouté la gamme sur 2020 encore en cuve et un choc sur « les Amoureuses » d’une grande élégance. Notre guide nous emmène dans la cave pour atterrir sur un Musigny Grand Cru 2015, vin préféré de la journée, grâce au léger vieillissement, qui a arrondi les tannins sans affaiblir la puissance et la structure de ce grand vin.

Le vin qui m’a le plus marqué : Dégustation chez Sauzet des blancs 2021 sur fûts avec une acidité encore mordante en fin. Mais une fois le tour de la gamme 2020 bouclé, Adèle sort une bouteille de sa cave et nous annonce un Bienvenue-Batard-Montrachet 2020, une fois servi, alleluia ! c’est divin. La grande classe et l’élégance des grands blancs des ces Grands Crus. Sincèrement je suis jaloux de ceux qui savoureront ça dans 20 ans.

Pourquoi j’aime la bourgogne ? : La Côte d’Or en Bourgogne c’est une unique côte qui part du nord au sud sur la même stratégie géologique, mais des nuances d’expositions de roches superficielles et en surface, et surtout des climats qui varient en température par l’influence des combes et des dénivelés. C’est cet ensemble de nuances qui donne une identité aux vins de chaque climat. Alors oui certains sont plus prisés que d’autres, surtout les Grands Crus de par leurs conditions idylliques pour les deux cépages bourguignons. Mais on remarquera les grands vins de quelques viticulteurs qui travaillent 7 jours sur 7 pour prendre soin de leurs parcelles, la plupart en culture biologique, avec une attention particulière aux travaux du sol, pour gérer le stress hydrique et à la pression fongicide en utilisant du cuivre, du souffre mais aussi de plus en plus d’huiles essentielles ou d’infusion d’herbes, dans un esprit de biodynamie afin de soigner les plantes par les plantes.

Voilà, vous savez tout sur notre sortie en terre bourguignonne ! Nous espérons que cet article vous a plu. Pour être informé de toute notre actualité suivez-nous sur nos réseaux et devenez membre du club gratuitement.

Inscrivez-vous à notre newsletter !